J'appartiens au pays que j'ai quitté

Colette

michelB-Saigon

Le souvenir est le seul paradis dont nous ne puissions ĂȘtre expulsĂ©

Jean-Paul Richter

Texte qui m'a été remis par le capitaine Jules Petitpierre en 2000 :


Conférence de Garnison faite le 20/10/1998 à l'Ecole Nationale de défense Biologique et Climatique de Bretteville-sur-Odon avec la dédicace suivante :

 

 Pour que nos enfants n'oublient pas ce qu'ont fait nos pĂšres dans ce pays que nous aimons tant.

signĂ© : le nhĂ  quĂȘ fidĂšle Jules Petitpierre

documents et images

Quelques figures illustres de l'Indochine Française

Ce film, rĂ©alisĂ© Ă  la maniĂšre d’un journal et avec de nombreuses images d’archives, est un hommage aux troupes françaises, retraçant les opĂ©rations militaires au sud de HanoĂŻ, d’octobre Ă  dĂ©cembre 1953 et surtout la bataille de DiĂȘn BiĂȘn Phu en 1954.

Les forces françaises s’opposent Ă  la rĂ©bellion ViĂȘt-minh, au cours de trĂšs nombreuses et violentes escarmouches. La population civile est touchĂ©e, les armĂ©es comptent leurs blessĂ©s et leurs morts. A partir de novembre 1953 est Ă©tabli le camp militaire de DiĂȘn BiĂȘn Phu (parachutage d’hommes – ceux du 6e BPC (BataillonParachutiste Colonial) notamment, de matĂ©riels et de munitions, amĂ©nagement d’une piste d’atterrissage). Reconnaissances et attaques dans ce secteur se succĂšdent jusqu’à l’offensive ViĂȘt-minh dans la nuit du 13 au 14 mars 1954. La contre-attaque française reste vaine face aux tirs et aux assauts ennemis. Le 6 mai, la base est conquise ; les prisonniers et victimes français sont nombreux.